SAISON 19-20
Théâtre subventionné par la Mairie de Paris

Recherche sur notre site

Créer un compte
Image Background

théâtre

ON NE BADINE PAS AVEC L’AMOUR
----
5 > 14 mars

5, 6, 7, 10, 11, 12, 13, 14 à 19h30

ON NE BADINE PAS
AVEC L’AMOUR
D’Alfred de Musset

Mise en scène : Eram Sobhani
Avec : Jessie Chapuis, Cécile Chatignoux, Mathilde Lecarpentier, Léa Merlhiot, Santiago Montequìn, Thomas Nolet, Eram Sobhani
Régie générale : Vivien Niderkorn
Chargé de production : Nicolas Foray
Production : La nouvelle compagnie

 

Perdican aime Camille, qui ne croit pas en son amour. Pluche saute dans la luzerne pendant que Blazius s'en jette un coup. Le Baron quitte le carnaval pendant que l'harmonica devient beatbox. Et la petite Rosette ? Eh bien, elle meurt. Que vive la comédie !

 

 

« Il faut qu’une porte (de l’étoile) soit ouverte aux jeunes… ou fermée à l’exclusion »

 

Avec « On ne badine pas avec l’amour », Eram nous étonne en changeant complètement de rythme, lui qui nous avait habitué à des spectacles dans lesquels il utilisait la lenteur comme ressort dramatique.
Il nous livre là un spectacle rapide, resserré et vif.
Cependant, il y développe toujours son goût pour nous donner à voir et à sentir la perversité des sociétés et des hommes.
Un peu de violence ne nuit pas au théâtre !
Dans cette pièce, Musset lui donne l’occasion de traiter de la cruauté de la jeunesse qui, on le voit au cours du spectacle, n’a pas besoin de l’expérience de l’âge pour en user et en abuser envers les autres ainsi qu’envers eux-mêmes.
Musset a 24 ans quand il écrit cette pièce, cela explique en partie pourquoi elle traverse les siècles en conservant toute sa fraicheur et sa brutalité.
C’est ce qui séduit - aujourd’hui encore - les spectateurs dès l’adolescence.
Ils peuvent se reconnaître dans les jeux pervers que pratiquent Camille et Perdican et ils savent les dangers que ces jeux de séduction et de pouvoir portent en eux et leurs conséquences parfois tragiques : Ici, la mort de Rosette.
Comme dans nos drames contemporains, les adultes ne voient rien et ne se doutent pas de ce qui se déroule à côté d’eux. Comme aujourd’hui, les jeunes y sont plein de certitudes, et remplis de solitude. Et comme toujours, les classes sociales sont des barrières infranchissables.
Mais ce qui se joue comme des jeux de rôle sur internet se joue « pour de vrai » sur scène.
C’est aussi un magnifique portrait de femme, celui de Camille, qui reste, même pour des raisons contestables, le personnage le plus fort de cette histoire. Le personnage le plus fragile, Rosette, étant une femme elle aussi, comme si Musset semble avoir voulu parcourir toute la palette des couleurs féminines réduisant l’homme (Perdican) en un personnage plus versatile et inconstant, remarquablement interprété par Santiago Montequin en charge de ce rôle ingrat, dont il assume avec talent toutes ces petites lâchetés qui font de nous des hommes.
Eram a choisi une extrême simplicité dans sa scénographie et, comme Julien pour Macbeth, il mise tout sur ses interprètes, magnifiques de simplicité et de sincérité.
Ce qui prouve encore une fois, toute la modernité d’un texte avec lequel ces jeunes comédiens semblent tout de suite très à l’aise, et qui retient immédiatement l’attention des plus jeunes parmi le public.

 

« On ne badine pas avec l’amour » est présenté à L’étoile du nord dans le cadre d’une programmation théâtrale de relecture, réappropriation, redécouverte et réinterprétation de textes classiques. Il s’agit d’en montrer toute la modernité, la souplesse et l’actualité.
La création se nourrit du présent, du futur mais aussi du passé quitte à le chahuter, le travestir et l’interpréter.
Dans « interprétation » il y a toujours un peu de mensonge, mais dans l’amour aussi.
On peut donc aussi considérer cette programmation d’un Musset ou d’un Shakespeare à « L’étoile du nord, scène pour la jeune création » comme un hommage aux auteurs d’hier qui continuent à leur façon, à la façon d’Eram et de Julien, à nourrir la création au présent.

 

Jean Macqueron

 

 

Spectacle de l'année d'envol

L'ÉVEIL DU PRINTEMPS
De Frank Wedekind

Mise en scène Eram Sobhani

 

spectacle de fin d'études des élèves comédiens de L'Ecole Auvray-Nauroy

 

enveloppeInscription newsletter