SAISON 17-18
Théâtre subventionné par la Mairie de Paris

Recherche sur notre site

Créer un compte
Image Background

FESTIVAL

AUX ALENTOURS
----
29 MAI > 2 JUIN

Un projet imaginé par Thomas Matalou - Collectif ADM

5 JOURS  |  7 COMPAGNIES  |  13 REPRESENTATION A L'ETOILE DU NORD ET AILLEURS !

 

TARIF UNIQUE : 10€

TARIF VOISIN VOISINE : 8€

TARIF CARTE BLANCHE LA CONTROVERSE : 10€ LECTURES | 10€ LAYLA | 15€ POUR LES DEUX ! 

 

MARDI 29 MAI – 20H30

NRV

Collectif Jakart 

De et avec Aurélien Chaussade, Maloue Fourdrinier et Claire Lapeyre Mazérat 

Univers sonore Thomas Aguettaz

1h | Tout public dès 10 ans 

 

NRV c’est l’histoire de Divine, Ismaël et de leurs professeurs. C’est l’histoire du temps singulier de l’adolescence, des moqueries, de la révolte, des premiers amours. Jusqu’à ce qu’une dispute entre deux élèves et le craquage des adultes créent un véritable tremblement de terre. Comme un RAP, tranchant et poétique, NRV nous raconte la planète collège. 

 

→ Hors les murs : NRV, mardi 29 mai à 10h au collège Daniel Mayer - 2 Place Hébert

 

MERCREDI 30 MAI – 20H30

ABEILLES

Théâtre Avide

Libre adaptation de La vie des abeilles de Maurice Maeterlinck

Mise en scène Jonathan Heckel

Avec Azeddine Benamara, Jennifer Cabassu, Judith Morisseau, Martin Tronquart, Valentine Vittoz et Anna Bouguereau

Collaboration artistique Lara Marcou

1h15

 

Comment une colonie d’abeilles reflète-t-elle la société humaine, ou au contraire s’en démarque ? Le Théâtre Avide interroge notre monde en utilisant la métaphore de l’abeille et nous invite à suivre la vie d’une colonie sur une saison. De l'essaimage à la naissance d'une nouvelle reine, en passant par le massacre des mâles, les cinq interprètes donnent vie au théâtre devenu ruche.

 

→ Hors les murs : Visite du quartier du point de vue de l’abeille, mardi 29 mai à 15h  |  Point de départ de la visite : ESAT Moskowa, 2 rue Angélique Compoint

Production Théâtre Avide en coproduction avec Fontenay en Scènes/Fontenay sous Bois, avec le soutien d’ARCADI et du Carré, scène nationale de Château-Gontier, du Studio Théâtre de Stains, de la Maison de Quartier des Linandes à Cergy, de la Nef-Manufactures d’Utopies à Pantin

 

JEUDI 31 MAI – 20H30

MAINTENANT QUE JE SAIS

Théâtre du Phare 
De Catherine Verlaguet
Mise en scène Olivier Letellier, Assisté de Jérôme Fauvel et Cécile Mouvet
Avec Jeanne Favre

création sonore Arnaud Véron

création costume Sarah Diehl

50mn

 

15 Octobre 1983, en France. Hélène - journaliste française, correspondante au Brésil - nous raconte l'histoire de son amie Magdalena, farouche opposante au régime militaire en place. Magda lutte pour diffuser ses idées de liberté avec son amoureux, Luis ; ils prennent de plus en plus de risques. Hélène, face aux menaces grandissantes qui pèsent sur ses deux amis, face au détournement de la vérité, entreprend un combat pour la liberté d'expression, aux dépens de sa propre sécurité...

 

→ Hors les murs : Maintenant que je sais, mardi 29 mai à 14h au lycée Edmond Rostand - 15 Rue de l'Évangile

 

Partenaire de la compagnie : Théâtre National de Chaillot / Le Strapontin, Pont-Scorff / Théâtre de Chevilly-Larue / Centre Jean Vilar, Champigny-sur-Marne / Très Tôt Théâtre, Quimper / Arcadi Ile-de-France / Conseil général du Val-de-Marne / DGCA / Compagnonnage auteurs

Le Théâtre du Phare est conventionné par la Drac Ile-de-France au titre de compagnie à rayonnement national et international, et soutenu au fonctionnement par le Conseil général du Val-de-Marne

 

VENDREDI 1ER JUIN – 19H
HIERENCORE 
Collectif La Fièvre 
De et mis en scène par Romain Bouillaguet et Emmanuel Pic 
Avec Raphaelle Bedoian, Margot Molvinger, Mathilde Weil, Wilfried Dinal et Axel Giudicelli
1h

 

"Non, ce n'est pas moi, c'est quelqu'un d'autre qui souffre." Ce vers de la poétesse russe Anna Akhmatova, qu’elle écrit à la fin des années 1930, est le point de départ des recherches du collectif La Fièvre dans la création d’HIERENCORE. Il nous hante toujours, mais comment notre temps le chante-t-il?

 

→ Hors les murs : HIERENCORE, mercredi 30 mai à 15h, au club Georgette Agutte - 8 rue Georgette Agutte

 

VENDREDI 1ER JUIN – 20H30
PROVISOIRE(S)
Cie Les Entichés 
De et mis en scène par Mélanie Charvy, Assistée de Millie Duyé 
Avec Mathias Bentahar, Yasmine Boujjat, Aurore Bourgois Demachy, Tristan Bruemmer, Virginie Ruth Joseph, Clémentine Lamothe et Aurélien Pawloff 
1h40

 

Amir et Leïla, deux jeunes marocains, arrivent en France et se retrouvent plongés dans les méandres du système administratif des demandeurs d’asile. Ministère, préfecture, acteurs sociaux, tous tentent de ne pas sombrer dans cette machine infernale et cauchemardesque. Provisoire(s) apporte un autre regard sur l’immigration et nous plonge dans une réalité dissimulée.

 

→ RENCONTRE/DEBAT 

La représentation sera suivie d'une rencontre autour de la question "Comment repenser nos politiques d'accueil des réfugiés ?" 

Avec : Geneviève Jacques, présidente de la Cimade ; Anne Bremaud, avocate au barreau de Paris spécialisée en droit des étrangers et demandeurs d'asile ; Pierre Henry, directeur général de l'association France Terre d'Asile ; Mélanie Charvy, auteur et metteuse en scène du spectacle. Débat modéré par Yasmina Picquart, psychanalyste et présidente du centre social Kirikou. 

 

→ Hors les murs : Provisoire(s), jeudi 31 mai à 19h30 au FJT Championnet - 16 rue Georgette Agutte

La Compagnie Les Entichés est subventionnée par la Drac Centre-Val de Loire, la Région Centre-Val de Loire, le Département du Cher, la SPEDIDAM et l’Adami. Elle est lauréate du prix Beaumarchais-Sacd pour l’aide à l’écriture de la mise en scène de leur prochain spectacle Echos ruraux (titre provisoire)

 

SAMEDI 2 JUIN 
CARTE BLANCHE À LA COMPAGNIE LA CONTROVERSE

3 lectures et 1 spectacle, 4 occasions de découvrir le travail de La Controverse qui réunit Marie-Charlotte Biais, Jeanne Videau et Jérémie Scheidler.

 

- 17H - 
LECTURES

SINGE/Fragments
de et avec Marie-Charlotte Biais 
30mn

 

Déconstruire. Déconstruire des rapports. Rapport à soi, aux autres, aux évènements, aux situations, aux choses. Des rapports que l’on pourrait croire intuitifs, innés… De ceux que l’on dissimule, de ceux que l’on expose. Déconstruire dans l’espoir de révéler ce qu’il peut y avoir dessous…  

 

PAS DANS LE CUL
de Jana Çerna
Avec Jeanne Videau
Musique Sébastien Bouhana 
20mn

 

C’est une lettre écrite au début des années soixante par Jana Çerna, résistante et femme libre de l’underground pragois, adressée à son amant Egon Bondy qui en était également une figure. Elle écrit à son amoureux qui vient de partir. 
Elle, est poète, lui philosophe. Ils s'aiment et c'est de ça dont il va être question : d’amour. De sexe, de philosophie et de poésie ; le tout étant pour elle intimement lié.

 

HYPERMNÉSIE 
De et avec Jérémie Scheidler
40mn

 

« Hypermnésie » est un ciné-journal. « Hypermnésie », paradoxalement, nomme ce qui se retient des jours, pour mieux fabriquer de l’oubli. Parfois insignifiants, parfois eux-mêmes traversés des souvenirs d’autres époques, d’autres histoires, les souvenirs qui se donnent ici à lire n’ont d’autre cohérence que celle d’avoir été.


- 20H30 - 
LAYLA
à présent je suis au fond du monde 

De Jérémie Scheidler, avec la collaboration de Boutaïna El Fekkak 
Mise en scène Jérémie Scheidler
Avec Boutaïna El Fekkak 
1h15

 

Partir. Un matin, prendre la route. Elle n’a pas vingt ans, elle sort de chez elle. Elle ne dit rien à ses parents. Au hasard, elle prend un train. Ce n’est pas une fuite. Un départ peut-être, mais sans but. Les médecins parleront plus tard de voyage pathologique, poseront des diagnostics, proposeront des traitements. Elle, dira simplement que pour la première fois, elle se savait vivante.

 

→ Hors les murs : Layla, à présent je suis au fond du monde, vendredi 1er juin à 14h, au centre social CAF Belliard - 145 rue Belliard

 

 

ET AUSSI, UNIQUEMENT HORS LES MURS 

 

JEUDI 31 MAI – 10H

OUBLIE JULIETTE, C'EST PAS LA BONNE

Collectif La Capsule  
Librement inspiré de Roméo et Juliette de William Shakespeare

De et mis en scène par Salomé Scotto, Paul Lourdeaux et Richard Pfeiffer 
Avec Edouard Eftimakis, Paul Lourdeaux, Thea Petitbon, Florence Pewzer, Richard Pfeiffer et Salomé Scotto

50mn

A partir d'atelier d'écriture avec des élèves de 5ème, le collectif La Capsule a créé un spectacle autour de l'amour, ou plutôt dire l'amour. Avec une langue moderne, celle des élèves, ce spectacle parle d'eux, de leurs difficultés à dire ce qu’ils ressentent avec leurs mots. Un Roméo et Juliette plein "d'embrouilles et de problèmes", où l'amour sortira vainqueur, mais lequel ?

 

 

 

Cet événement est soutenu par la Mairie du 18ème arrondissement de Paris et par la DRAC Ile-de-France (Culture et lien social).

 

NOTE D'INTENTION - THOMAS MATALOU
----

En 2015, le théâtre L’étoile du nord m’a proposé une carte blanche, me laissant le soin d’inventer le projet de mon choix. J’ai tout de suite vu cette opportunité comme l’occasion de poursuivre mes recherches et mon travail sur la médiation culturelle, en inscrivant ma démarche artistique sur un territoire donné.

 

Cette proposition s’est en effet présentée à un moment où mes questionnements et mes recherches tournaient autour du travail de terrain mené aujourd’hui par les compagnies. Quelle est la vie d’une compagnie ? Que fait-elle lorsqu’elle n’est pas sur le plateau ? Comment créer autrement aujourd’hui ? Comment une compagnie peut-elle exister au sein d’un territoire, et dans l’absolu, quel est le rôle de l’artiste au sein de notre société ? Comment intéresser les publics au spectacle vivant ?

 

Nombreuses sont les compagnies qui, parallèlement à leur travail de création pour la scène, mènent des ateliers auprès d’amateurs. Ces rencontres leur donnent souvent l’envie de mêler création et proximité avec le public. De ces projets – ateliers, rencontres, collectes de témoignages… – peuvent naître des formes itinérantes qui sortent des murs du théâtre et s’invitent dans les structures aux alentours. Ces formes sont mouvantes, sans contraintes techniques, et sont vouées à être jouées au plus proche des habitants. C’est une alternative à l’action artistique. Ce n’est plus seulement un atelier de pratique, c’est un spectacle autonome représenté dans des lieux qui ne sont pas des théâtres. Ces projets sont souvent mis en place en complément de spectacles plus lourds qui sont eux représentés sur le plateau. Ils permettent de présenter les projets de manière accessible, offrant aux habitants la possibilité de se sentir peut-être plus concernés. A travers ces rencontres, les artistes espèrent leur donner l’envie et la curiosité de pousser les portes de structures culturelles, afin d’en devenir les spectateurs de demain.

 

Pour répondre à tous ces questionnements, et donner à voir cet aspect de la vie d’une compagnie, j’ai très vite souhaité m’entourer d’autres équipes artistiques, dont les projets étaient en accord avec cette démarche. Je voulais que cet événement soit un exemple parmi tant d’autres, de réflexion à plusieurs sur la question de la médiation culturelle. Peut-elle être dissociée du travail d’un artiste ? En fédérant les compagnies, en mutualisant nos forces, je souhaite amener le spectacle vivant au plus proche des gens. Pour moi, c’est une nécessité de réfléchir ensemble sur l’avenir d’une compagnie au sein d’un territoire. De questionner à la fois le rôle réel et l’action possible laissée à un artiste au sein de la société actuelle.

Mettre la priorité sur l’action artistique au sein d’un territoire, parfois en difficulté, est peut-être aussi une démarche qui laisse entrevoir, en filigrane, une volonté de préserver la question du politique, en lien avec la question du rôle de l’artiste dans la société.


A travers ce projet, c’est cet aspect si particulier de la vie d’une compagnie que je souhaite continuer de mettre en avant. J’aimerais que ce soit l’occasion pour les artistes et les spectateurs de se rencontrer autrement, de se réunir pour faire vivre le théâtre au plus près du quartier, à L’étoile du nord et aux alentours.

 

Thomas Matalou, novembre 2016

enveloppeInscription newsletter